Journal de Montréal

lejournaldemontreal

journal-montreal-rue-frontenac

Le Journal de Montréal est un quotidien montréalais publié qui appartient à Quebecor Media.

Son siège social est situé au 4545, rue Frontenac, Montréal, Québec H2H 2R7.

Le premier numéro est sorti en kiosque le 15 juin 1964.  Le Journal de Montréal a été fondé par l’homme d’affaires Pierre Péladeau.

Site internet du Journal de Montreal : www. journaldemontreal .com

Rue Frontenac est un site internet des journalistes du Journal de Montréal, lancé le 24 janvier 2009.

journal-de-montreal

Catégorie: Presse


3 commentaires à “Journal de Montréal”

  1. Pierre Lajoie a dit:
    Le 24 février 2009 à 1 h 33 min

    Je trouve le courrier de Louise Deschâtelets de plus en plus ennuyant et plate. Elle ne publie que toujours les mêmes genres de sujets et problèmes. Ce serait intéressant si elle publiait plus de diversités, il me semble. Vous ne me convaincrez jamais que c’est parce qu’ elle n’en reçoit pas tout de même. Ça ne se peut pas, ça. Pourriez-vous lui demander de faire un effort dans ce sens-là. Je ne suis pas le seul à penser cela. C’est ce j’entends de plus en plus.

  2. michelinehade a dit:
    Le 21 mars 2010 à 8 h 07 min

    en page 3 du journal de dimanche, le 2l mars, l’article de Eric Yvan Lemay m’a beaucoup touché. Il s’agissait du vol et bris du camion de Mme Nathalie Riverin, conçu pour le transport de son fils handicapé.

    Si nous avions les coordonnés de cette dame, peut-ëtre que je ne serais pas la seule à vouloir aider cette famille.

    A vous de voir s’il est de mise de publier ses coordonnés.

    Bon dimanche.

  3. Andrée Paradis a dit:
    Le 14 décembre 2011 à 10 h 46 min

    Je ne suis pas d’accord avec monsieur Lajoie; bien sûr son commentaire date un peu. Je lis le Courrier de Louise Deschatelets dans le Journal de Québec, mais seulement depuis quelques jours. Parce que je me suis aperçu qu’elle traite des cas difficiles et qu’elle ne perd pas pour cela les pédales. Des cas que les autres courriéristes refuseraient de traiter. Il est heureux que quelqu’un le fasse: comme dirait Diane Dufresne faut qu’y en ait une qui le fasse; et madame Deschatelets ne donne pas, à cet endroit, sa place.

Ecrire un commentaire